Inscrivez-vous à notre newsletter


×

Coronavirus Maroc : L’ALCS rassure ses bénéficiaires

Dimanche 05 Avril 2020 Par Laquotidienne

La crise sanitaire que traverse le Royaume inquiète les personnes affectées par le VIH.

Le président de l’Association de lutte contre le sida (ALCS), le Pr Mehdi Karkouri, nous en dit plus sur les mesures prises dans ce contexte épidémiologique.


Finance News Hebdo : Comment votre association vit cette crise sanitaire ?  Les personnes vivant avec le VIH doivent-elles s’inquiéter ?

Mehdi Karkouri : Depuis le début de cette crise sanitaire, l’Association de lutte contre le sida (ALCS) a réorganisé et adapté ses actions en cohérence avec les directives nationales.

Nous sommes conscients que la vulnérabilité à l’infection au VIH est extrêmement augmentée par l'addition de la vulnérabilité au SARS-Cov-2 et que l’addition de vulnérabilités ne fait qu’augmenter le risque et réduire l’impact d’années d’efforts dans le cadre de la riposte au VIH et aux Hépatites.

Nous croyons donc fermement, qu’en plus de notre mission principale de prévenir les IST, les Hépatites et le VIH/sida, nous devons déployer activement notre réseau auprès des populations que nous couvrons pour réduire les risques liés au SARS-Cov-2. Et c’est ce que nous avons fait.

Concernant les personnes vivant avec le VIH (PVVIH) et la crise sanitaire actuelle, pour les personnes ayant une charge virale indétectable et aucune maladie concomitante, il est important de préciser que le coronavirus n’est pas plus dangereux pour ces personnes que pour les personnes séronégatives.

Aucune donnée scientifique ne permet ni d’affirmer que les PVVIH sont plus exposées au risque d’acquisition du SARS-Cov-2 ni qu’elles développeront une forme plus grave du Covid-19.  

Dans tous les cas, les PVVIH doivent continuer de prendre régulièrement, et comme d’habitude, le traitement contre le VIH ainsi que le traitement contre les maladies associées (lorsque c’est le cas).

 

F.N.H : Les personnes vivant avec le VIH disposent-elles du traitement antirétroviral (ARV) ? Comment se le procurent-elles ?
M.K :Le traitement ARV est dispensé gratuitement par le ministère de la Santé et, en temps normal, les PVVIH se rendent à l’hôpital où elles sont suivies pour effectuer les analyses de rigueur et récupérer leur traitement.

Au regard des dispositions prises par les autorités sanitaires appelant au confinement à domicile, des mesures d’urgence ont été mises en place. C’est ainsi que le ministère de la Santé a instauré une procédure exceptionnelle, en partenariat avec l’ALCS, pour la dispensation des ARV.

Pour les PVVIH déjà sous traitement et sans problème de santé particulier, désormais, ce sont les médiateurs thérapeutiques et sociaux de l’ALCS qui contactent les PVVIH et leur remettent à domicile, ou par voie de messagerie, leur traitement.

Les PVVIH ont également la possibilité de contacter directement l’ALCS à travers les médiateurs thérapeutiques, le numéro vert de l’ALCS, sa page Facebook ou encore le service messagerie de l’ALCS.

Ainsi, ces personnes, qui sont en bonne santé, n’ont plus besoin de se rendre à l’hôpital pour récupérer leur traitement, désengorgeant les services de soins pour les malades urgents ou dont l’état de santé est grave.

Toutes ces mesures visent donc à assurer la dispensation des ARV, à réduire le risque d’abandon du traitement ARV, à réduire les déplacements des PVVIH au système de soin et minimiser ainsi le risque de contamination par le SARS-Cov-2.

 

F.N.H : Quelles sont les mesures prises par votre association face à cette crise sanitaire ?

M.K : Dès le début de l’épidémie, l’ALCS a mis en place plusieurs mesures aussi bien pour ses salariés et militants que pour les bénéficiaires de ses services.

Pour les salariés, la majorité d’entre eux adopte le télétravail et des réunions régulières sont organisées. Le médecin du travail ainsi que les psychologues de l’ALCS sont mobilisés pour assurer des consultations téléphoniques aux salariés et militants de l’ALCS.

Des notes précisant les mesures de prévention, les gestes à adopter en cas de contamination au Sars-Cov-2 ainsi que des astuces pour mieux vivre le confinement ont été envoyés à l’ensemble des membres.

Concernant les sections dans les 19 villes où l’ALCS est présente, nous assurons une continuité de service, bien entendu.

Le dépistage du VIH est assuré par les médecins ou par les kits d’auto-dépistage ainsi que les consultations IST et la dispensation de la PrEP.

La distribution de matériel de prévention au VIH et VHC est également maintenue. Des mesures d’hygiène draconiennes sont imposées à tous les visiteurs.

 Sur le terrain, en plus des médiateurs qui assurent la dispensation des ARV aux PVVIH, les intervenants et pairs éducateurs assurent le lien avec l’ensemble des bénéficiaires et leur apportent conseils, informations justes sur le Covid-19 ainsi que l’aide alimentaire d’urgence mise en place par l’ALCS grâce aux donateurs.

Toutes les personnes en contact avec les bénéficiaires ont suivi des formations à distance sur le coronavirus; des capsules vidéo expliquant les moyens de prévention au Sars-Cov-2 ont été largement diffusées, des messages audio sont largement transmis aux populations clés…

 

Propos recueillis par Chaimaa Abounnaim

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required
coronavirus
Partage RéSEAUX SOCIAUX